Veilleurs et « coups de main »

« Nos paroisses donnent-elles vraiment priorité aux pauvres ? »

Cet appel est à l’origine du projet des « veilleurs »

Les « Veilleurs » : un Regard pour Agir

Beaucoup de paroissiens offrent leurs mains pour aider, mais aider qui ?
Souvent nous ne savons pas répondre à cette question, car les détresses et pauvretés restent cachées ou très discrètes. La générosité est là mais il manque un regard attentif. Des « mains » sans « yeux » ne peuvent rien faire !

Qu’est-ce qu’un veilleur ?

Un Veilleur est un(e) paroissien(ne) qui s’engage à être attentif à ses voisins de rue ou d’immeuble. Les Veilleurs sont comme les « yeux » de la communauté paroissiale vers nos frères et soeurs habitants du quartier. Un Veilleur est volontaire, au nom de la paroisse, pour :

  1. se rendre attentif dans son voisinage aux situations de détresse, solitude, pauvreté ordinaire, souffrance, etc ;
  2. mettre en contact des demandes d’aide et des offres de service ;
  3. se faire connaître auprès de ses voisins, éventuellement en renouvelant la proposition d’une « réunion de quartier » ;
  4. être une personne disponible à qui on peut signaler des situations difficiles.

Il s’agira d’un engagement annuel, bien sûr renouvelable. A terme, nous espérons constituer un réseau d’une centaine de Veilleurs sur le pôle.

Les Veilleurs appuyés sur un réseau de « coups de main »

Que fera un(e) Veilleur ayant connaissance d’une difficulté sur son quartier ?

  1. Si l’aide est de l’ordre du simple service, le Veilleur utilisera la base de données des « coups de main » et mettra en contact les personnes.
  2. Si l’aide demandée dépasse le simple coup de main, le Veilleur cherchera à contacter des associations compétentes (civiles ou religieuses).

Dans tous les cas, le Veilleur pourra s’appuyer sur l’équipe de coordination.

 

Quels sont les « coups de mains « recherchés ?

Bricolage, jardinage, couture ou petits travaux. Faire les courses ou accompagner à un rendez-vous (médical,…)  Rendre visite à domicile, à l’hôpital ou en maison de retraite. Garde occasionnelle de jeunes enfants ou personnes âgées. Accompagner à la messe (et raccompagner ensuite). Porter la communion eucharistique à domicile, etc…

Nos paroisses sont pleines aussi de talents et d’expériences qui pourraient être partagés. Parfois, le conseil recherché en vain se trouve sur le banc d’église à côté de moi ! Faites connaître vos talents!.

 

Foire aux Questions (FAQ)

« Veilleur… je le fais déjà à ma manière, pourquoi me donner une étiquette ? »
Se faire reconnaître comme Veilleur, c’est entrer dans une démarche de paroisse, en lien avec les autres Veilleurs et les personnes « coups de main ».

« Je ne suis pas toujours là, puis-je être Veilleur ? »
Oui, bien sûr. Être Veilleur demande surtout le désir et la possibilité de connaître son voisinage et la vie de quartier.

« Je ne connais pas tous mes voisins, c’est difficile ! »
Justement, le fait de devenir Veilleur va m’encourager à aller davantage vers mes voisins, dans la discrétion.

« Si j’entends parler d’une détresse, devrais-je trouver seul la solution ? »
Pas forcément, chaque Veilleur s’appuiera sur la liste des « coups de main » et pourra demander l’aide de la coordination des Veilleurs.

« Ne risque-t-on pas d’être indiscret ? »
L’action des Veilleurs demande tact et discrétion. Il ne s’agit pas d’imposer nos idées aux personnes en difficulté mais de proposer.

« Devenir Veilleur prendra-t-il beaucoup de temps ?”
L’activité de Veilleur s’intègre dans notre vie ordinaire : être attentif aux autres ne requiert pas d’abord plus de temps. Côté paroisse, les veilleurs se réuniront deux fois par an pour un temps de partage et de formation.

 

Pour en savoir plus sur le projet, ou rejoindre le réseau des veilleurs et des coups de main, téléphonez au secrétariat de la paroisse, ou envoyez un courriel à
veilleurs.bel@gmail.com qui transmettra.